Les Jeux Paralympiques

Adaptation d’un des sports les plus pratiqués au monde, le tennis en fauteuil roulant a surgi en 1976 aux États-Unis. En janvier de cette même année, l’Américain Brad Parks, athlète de ski acrobatique, a été victime d’un accident durant un saut d’échauffement, accident dont le diagnostic est de lésion à la moelle épinière.

Pendant sa réhabilitation, Parks a entendu parler de Jeff Minnenbraker, un athlète de Los Angeles qui tentait de jouer au tennis en fauteuil roulant en laissant rebondir le ballon deux fois sur le court. Quelques mois plus tard, les deux sportifs se sont rencontrés et ont commencé à envisager la possibilité, pour les personnes handicapées, de pratiquer ce sport.

En 1977, Parks a construit son propre fauteuil personnalisé et a commencé à promouvoir le tennis en fauteuil roulant lors de démonstrations avec Minnenbraker. Trois ans plus tard, il existait plus de 300 joueurs de tennis en fauteuil roulant sur le territoire américain, et la première organisation de réglementation du sport, en collaboration avec la Fédération américaine de tennis (USTA, en anglais).

Le nouveau sport arrive en Europe et en Asie au cours des années suivantes et, en 1988, le tennis en fauteuil roulant a été disputé comme sport de démonstration aux Jeux paralympiques de Séoul. Cette même année a vu la fondation de la Fédération internationale de tennis en fauteuil roulant (IWTF, en anglais).

L’entrée définitive au programme paralympique a eu lieu en 1992, à Barcelone. Outre l’épreuve disputée pendant les Jeux, le tennis en fauteuil roulant possède un circuit mondial, comptant plus de 100 tournois et des classements mondiaux pour les deux sexes, en simple et en double, sous le contrôle de la Fédération internationale de tennis (ITF, en anglais), aujourd´hui responsable de ce sport.

La classification fonctionnelle du tennis en fauteuil roulant est moins complexe que celle de sports comme la natation. Les participants sont divisés selon leur habileté – ainsi, les personnes ayant été amputées et ayant une lésion de la moelle peuvent participer les unes contre les autres.

Les similarités avec le sport conventionnel sont nombreuses, mais il existe la règle dite des deux rebondissements qui détermine que l’athlète en fauteuil roulant doit envoyer le ballon de l’autre côté avant qu’il ne touche le sol pour la troisième fois. Les fauteuils utilisés sont également sportifs, leurs roues sont adaptées pour un meilleur équilibre et une meilleure mobilité. Les raquettes et les balles ne présentent pas de différence.