Les Jeux Olympiques

Les premiers registres de la boxe datent de 3 000 avant J-.C. en Égypte. Dans la Grèce antique, le sport était pratiqué depuis la fin du 7e siècle, dans les Jeux Olympiques antiques, avec des combattants portant des lanières de cuir pour se protéger les mains et l’avant-bras. Plus tard, à Rome, ces lanières ont été remplacées par des gants avec des encoches en métal, mais les luttes étaient si sanglantes qu’elles se terminaient toujours par la mort de l´un des participants.

Suite à la chute de l’Empire romain, l’histoire de la boxe s'interrompt avant de réapparaitre au XVIIe siècle en Angleterre. À partir de 1880, des combats amateurs sont organisés de manière officielle. En 1904, la boxe a été intégrée au programme des Jeux Olympiques de Saint Louis. La boxe ne figurait pas au programme des Jeux Olympiques de Stockholm en 1912 car la loi suédoise en interdisait la pratique.

En 1920, la boxe a été réintégrée lors des Jeux Olympiques d’Anvers, en Belgique, la même année de la fondation de la Fédération internationale de boxe. Les règles ont évolué au cours du temps : entre autres, le port du casque de protection est devenu obligatoire dès l´édition de 1984 à Los Angeles et le système électronique de comptage des points a été instauré dans les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.

En 2012 à Londres, la grande nouveauté de la boxe ! L´entrée de trois catégories féminines – poids mouche (48 à 51 kg), poids léger (57 à 60 kg) et poids moyen (69 à 75 kg).

Il y a 10 catégories de poids, du poids mi-mouche (46-49 kg) au poids super-lourd (+91 kg) pour les hommes. Les combats de boxe masculins comprennent trois reprises de trois minutes chacune et les combats féminins comprennent quatre reprises de deux minutes.

Un boxeur marque un point lorsqu’il réussit à frapper son adversaire d’un coup à la tête ou au-dessus de la ceinture, attribué par cinq juges autour du ring. 

Les combats de Boxe masculine aux Jeux Olympiques ont trois rounds de trois minutes chacun, et comptent quatre rounds de deux minutes pour la Boxe féminine. Cinq juges indépendants disposés autour du ring attribuent les points du combat et décident du vainqueur à la fin du dernier round. Les juges sont attentifs à la qualité des coups, en plus d’autres critères tels que la technique, la tactique, la compétitivité et la maitrise de soi. Les combats peuvent aussi se terminer sur knockout, ou knockout technique. L’arbitre peut décider de la fin du combat s’il juge que l’un des participants n’est plus en mesure de lutter.

Le format de la compétition olympique est par élimination directe. Selon la catégorie les groupes hommes comptent entre 16 et 28 participants, alors que les groupes femmes sont constitués de 12 participants. Les vainqueurs de chaque groupe combattent pour l’or, et chaque perdant des demi-finales reçoit une médaille de bronze.